Combien d’articles devez-vous écrire par semaine pour votre blog ? Lecture : 14 minutes

fréquence de publication article blog

Dans un contexte où le marketing digital gagne de plus en plus en importance, plusieurs études ont été menées sur l’effet positif pour les entreprises d’avoir un blog professionnel. Sur le papier, c’est plutôt simple : créer un blog, rédiger du contenu de qualité, améliorer son référencement naturel et ainsi gagner du trafic qualifié ! Mais en réalité, c’est différent.

Lorsqu’on se lance dans le blogging beaucoup de questions nous traversent l’esprit comme : Quel type de contenu publier ? Comment améliorer le référencement de son blog ? Mais les questions qui reviennent le plus souvent sont : A quelle fréquence publier sur mon blog ? Combien d’articles dois-je publier par semaine ? Existe-t-il une fréquence de publication idéale ?

Si vous êtes aussi dans ce cas, alors vous êtes au bon endroit. Je vais donc, répondre à votre question, en vous donnant tout de suite une estimation. Je reviendrais dessus dans les paragraphes suivants : le bon compromis pour moi, est de publier 2 articles par semaine. Pour gagner en crédibilité, vous pouvez passer à 3 articles par semaine et 1 par jour ou plus si vous êtes un journal. Si vous avez l’habitude de rédiger de véritable chefs-d’oeuvre, alors 1 article par semaine est le minimum.

En réalité, il n’est pas facile de déterminer le bon rythme de publication. Ecrire des articles signifie gérer ses ressources afin de faire du processus de blogging, une ressource utile pour l’entreprise.

L’importance de publier du contenu

Dans une optique d’inbound marketing (et en supposant que la demande du public et l’offre des blogueurs sont en adéquation), chaque article est une porte d’entrée pour les clients potentiels. Chaque article publié est une opportunité dans ce processus.

Au fur et à mesure que le nombre d’articles augmente, le nombre de visites sur le blog augmente également. Comme le suggère Hubspot, les blogs d’entreprise qui publient plus de 16 articles par mois (4 par semaine) ont 3,5 fois plus de trafic que ceux qui ne publient qu’un message par semaine.

Évidemment, c’est un grand défi. Ce n’est pas facile d’écrire 4 articles par semaine. Cela demande un effort constant.

Nous avons besoin d’une nouvelle prise de conscience qui place le blog au centre de l’Inbound Marketing. Si vous utilisez un blog d’entreprise, vous pouvez envisager l’idée de collaborations en internes. Autrement dit, vous pouvez encourager les employés à écrire sur le blog.

Impliquer vos employés ou collègues dans votre stratégie de contenu peut être un bon moyen d’obtenir des articles utiles pour vos lecteurs et votre entreprise. Et pour parfaire l’esprit d’équipe. Un esprit d’équipe qui peut faire beaucoup pour votre entreprise.

Examinez la relation entre le nombre d’articles publiés et le nombre de prospects généré. Là encore, les données sont très positives à mesure que le nombre d’articles augmente. Les entreprises qui publient 16 articles par mois sur leur blog génèrent 4,5 fois plus de leads que celles qui en publient un tous les 7 jours. Le lead est la première étape pour transformer un contact en client.

N’oubliez pas, cependant, qu’en augmentant le nombre d’articles, vous créez une archive de contenu qui reste toujours en ligne. Ces articles sont tout le temps disponibles lorsque l’utilisateur recherche sur Google ce type de contenu. Hubspot rappelle que 75% des visites proviennent d’anciens articles.

Et pour les leads, nous sommes à 90%. N’est-ce pas une raison pour mettre à jour les anciens articles avec soin ?

Quels sont vos objectifs ?

Avant de rédiger du contenu, il est primordial de connaître la raison pour laquelle vous écrivez, quels sont vos objectifs, ce que vous souhaitez réaliser ? Chaque objectif peut être multiple et chaque objectif définit un type de contenu approprié.

J’ai énuméré quelques objectifs typiques :

  • Orientez vos contacts vers l’étape suivante de votre tunnel de conversion
  • Affirmer l’expertise de votre entreprise
  • Créer de nouvelles opportunités
  • Vendre vos produits (vente croisée ou upselling)
  • Fidéliser les clients existants
  • S’engager auprès des influenceurs
  • Sensibiliser les visiteurs
  • Sensibiliser vos lecteurs

Établissez vos objectifs principaux parce qu’ils vont déterminer le contenu dont vous avez besoin et sur lequel vous devez vous attarder.

Vos objectifs déterminent votre contenu

Selon vos objectifs, certains types de contenu permettent de mieux les réaliser. Par exemple :

  • Dans un objectif pédagogique : on trouve des guides, des infographies, des statistiques.
  • Dans un objectif de convaincre : des études de cas, des démonstrations de produits, des webinaires.
  • Dans un objectif de capter l’attention : des vidéos virales, des quizz, pour divertir les lecteurs.
  • Dans un objectif d’inspirer confiance : des témoignages clients, références clients.

Ces objectifs sont multiples car ils permettent de guider votre client potentiel dans votre entonnoir de conversion. Vous devez donc varier les types de contenu pour accompagner votre client potentiel à travers les différentes étapes, de la prise en compte de ses besoins à la réassurance.

En outre, un contenu similaire peut avoir des objectifs différents et atteindre les lecteurs de diverses manières selon l’étape à laquelle il se trouve. Ainsi, les efforts déployés en matière de production sont simplifiés. Il y a, par exemple, des vidéos de démonstration qui permettent d’éduquer, de convaincre, de divertir et d’inspirer confiance. Cela exige plus de ressources, en revanche, cette méthode se révèle être efficace si elle est bien réalisée.

Déséquilibrez votre stratégie de contenu

Parallèlement, selon les objectifs principaux définis initialement, il conviendra de mettre un peu plus l’accent sur les contenus qui sont les plus appropriés à ces objectifs. Cela vaut également en fonction du contexte dans lequel vous vous trouvez.

Ainsi, si vous lancez votre propre entreprise ou si vous avez besoin d’attirer de nouveaux lecteurs et de nouvelles opportunités rapidement. Il vous faut trouver un équilibre dans votre stratégie de contenu en mettant l’accent sur la création d’attention, la rédaction d’articles, la publication d’infographie, de vidéos virales, le partage d’actualités percutantes.

Évaluer la disponibilité des ressources de votre entreprise

La disponibilité des ressources internes est un élément essentiel pour déterminer votre fréquence de publication. En effet, une entreprise avec 5 personnes disponibles pour rédiger des articles n’aura pas la même possibilité de publication qu’une entreprise avec une seule personne allouée pour cette tache. Il est également important de savoir qui va rédiger ces articles et qui sera en charge de former ces personnes à la rédaction web si nécessaire.

Dans le cas où vous ne disposez pas de ressources interne pour écrire ces articles, il faudra trouver un bon rédacteur web en freelance ou en agence pour s’occuper de la création de ces contenus. En effet, pour avoir un contenu de qualité, faire appel à un rédacteur professionnel représente un investissement important.

Sans passer par cette étape, il vous sera difficile d’évaluer le nombre d’articles que vous serrez en mesure de créer et de publier par semaine sur le blog.

Le nombre d’articles dépend de ce que veut votre public

Rédiger et publier deux articles par semaine ? C’est une valeur acceptable et une bonne moyenne pour un blog d’entreprise ou un freelance qui souhaite commencer à travailler avec une approche d’Inbound Marketing.

Vous devez être attentif à ce que votre cible souhaite. Pour cela, vous devez analyser vos données présentes dans Google Analytics et essayer de nouveaux types de contenu à publier. Vous pouvez créer des articles avec différents styles et densités. Essayez de comprendre ce qui vous permet d’augmenter votre trafic.

Mais aussi quelle solution vous permet de générer plus de leads, plus de contacts utiles pour atteindre vos objectifs. Et ainsi, générer des revenus avec votre blog.

Avantages de publier beaucoup d’articles

Commençons par une question claire : quels sont les facteurs qui accélèrent la croissance ? Au début, il se peut que vous aurez besoin de vous développer rapidement et de créer un ensemble d’articles capables de déclencher votre processus d’inbound marketing. Attention, cela ne signifie pas que vous vous positionnez automatiquement sur Google. Vous gagnez de l’autorité dans un secteur donné à long terme.

Surtout dans les secteurs concurrentiels. Mais si vous commencez à publier un bon nombre d’articles par semaine, peut-être tous les jours, vous pouvez atteindre des objectifs concrets en brûlant les étapes. De plus, vous bénéficiez d’un certain nombre d’avantages stratégiques. Premièrement, vous avez beaucoup plus de contenu pour alimenter les réseaux sociaux et les newsletters.

Ensuite, il y a la possibilité d’accéder à Google News : l’une des prérogatives de cette partie du moteur de recherche est précisément celle du nombre élevé et constant de publications. Comme, par exemple, celle d’un journal. Enfin et surtout, il y a Google : le crawl s’adapte à vos habitudes de publication et passe plus fréquemment sur votre site, donnant plus d’attention au contenu.

Attention, ce n’est pas forcément un facteur de classement, mais comme le suggère Google, c’est une étape essentielle pour l’indexation. Il est donc important de faciliter les choses.

Inconvénients pour ceux qui veulent publier tous les jours

Il y a ceux qui préfèrent ne pas retenir le nombre d’articles à publier pour une raison : ils ont des ressources limitées et veulent se concentrer sur quelques articles bien écrits. La quantité n’est pas nécessairement synonyme de mauvaise qualité. Mais tout le monde ne peut pas maintenir des exigences et un rythme élevés. Le fait d’essayer sans avoir la bonne structure vous expose aux risques de ceux qui publient juste pour être présent.

Ce résultat pose des problèmes non seulement pour l’opinion des lecteurs, mais aussi pour le jugement de Google : vous aurez probablement beaucoup d’articles inutiles et insignifiants : trafic nul, pas de liens, positionnement inexistant. Ces pages deviennent un fardeau pour votre référencement.

Une bonne raison de limiter les publications ? Faire un post tous les jours peut être un défi désagréable si vous devez créer des articles qui ressemblent ou qui passent inaperçu.

Remarque sur la gestion du calendrier éditorial

Pensez maintenant au schéma initial : 3 articles par semaine, un contenu utile, mais pas décisif. Un calendrier éditorial aussi intense ne peut être géré que pendant un certain temps et si vous n’avez pas d’exigences particulières en termes de qualité. Mais vous savez quoi ? Mon expérience personnelle suggère que ce dernier point est le véritable fil conducteur qui réunit tous les résultats dignes de ce nom. Et il n’est pas toujours possible de respecter ce point à un rythme élevé.

Par contre, vous pouvez publier 1 article par semaine, peut-être 3 par mois, pour travailler sur un autre concept : la qualité. Chaque article devient un phare dans la nuit. Et c’est un bon point de vue.

Variez les formats d’articles

Le calendrier éditorial de votre blog peut emprunter le chemin indiqué dans ce graphique. Bien évidemment, vous ne disposez pas d’une équipe éditoriale et vous ne pouvez pas vous permettre de publier un grand nombre d’articles sur votre blog. Essayez d’alterner les différents formats de contenu afin d’optimiser le nombre de publications.

Il y a par exemple, l’article de base qui aborde un sujet fondamental, c’est cette définition que tout le monde recherche et que vous souhaitez définir avec encore plus de clarté. Ensuite, il y a l’article pilier qui va plus en détail. Et puis il y a les articles génériques. Ils peuvent traiter des thèmes, des nuances, des actualités moins exigeants.

Vous pouvez peut-être utiliser ce type contenu pour exprimer votre opinion, votre point de vue. Le blog de votre entreprise ne doit pas seulement servir pour se positionner sur Google, mais aussi et surtout pour exprimer ce qui vous caractérise, pour montrer votre identité et construire votre marque. Vous devez être identifiable immédiatement.

Pour y parvenir, le fameux contenu de qualité ne suffit pas toujours. Ou plutôt, c’est le concept même de qualité qui devient fluide et adaptable à différents objectifs. Le positionnement est l’un d’entre eux, mais la communauté a besoin de plus. Il a besoin de votre identité.

La fréquence de publication et le référencement naturel

Les moteurs de recherche comme Google aiment beaucoup la régularité et la fraîcheur du contenu d’un site. C’est bien connu.

Un site qui publie davantage de nouveaux contenus obtiendra, comme l’explique Moz, un meilleur “score de fraîcheur” ce qui lui permettra d’obtenir un meilleur référencement naturel :

Cependant, ce concept de fraîcheur ne concerne pas seulement la publication de nouveaux articles : cette fraîcheur doit également être maintenue dans le temps, par des mises à jour régulières des articles dans la mesure du possible.

Une page Web qui est régulièrement modifiée sera plus appréciée qu’une page qui reçoit peu de mises à jour.

De plus, pour affecter véritablement l’indice de fraîcheur du contenu, les changements effectués doivent être significatifs et se rapporter au corps du texte (plutôt qu’aux éléments auxiliaires).

Par conséquent, la publication d’une grande quantité de contenu implique également la mise à jour d’une grande quantité de contenu.

Cela parait difficile ? Oui, je vous l’avoue mais c’est extrêmement efficace !

Particulièrement, parce que le nombre total d’articles sur un blog semble être lié à la quantité de trafic :

L’étude HubSpot révèle que les blogs de plus de 400 articles connaissent un véritable “essor” dans le nombre de leurs visites.

Tout cela nous rappelle que le marketing de contenu est une mission qui s’inscrit dans la durée.

Cannibalisation du contenu

En augmentant la fréquence de publication sur votre blog, vous risquez d’être confrontés à des contenus similaires dans les résultats de recherche. C’est-à-dire des articles qui se chevauchent et tentent de répondre à la même question. Ou dans le cas contraire un seul des deux est visible.
Normalement, Google est en mesure de déterminer l’article à positionner parmi tous les documents similaires, mais cela n’arrive pas toujours, ou pire, cela peut arriver avec le mauvais article.

Lorsque vous écrivez des articles qui répondent aux mêmes attentes de recherche même si c’est avec des termes différents (par exemple, un article intitulé “Comment faire des économies au supermarché ?” est équivalent à “Comment dépenser moins au supermarché ?”) vous prenez le risque de cannibaliser votre contenu.

Les mots-clés peuvent être cannibalisés à la fois lorsqu’on utilise des mots similaires (“Comment réparer soi-même un robinet” est considéré comme “Comment réparer un robinet sans appeler le plombier”) et lorsque les termes sont différents, mais les informations fournies sont similaires (“Comment réparer un robinet qui fuit” est comme “Comment réparer un robinet avec un goutte-à-goutte”).

Dans la plupart des cas, cela arrive : par souci de respect du rythme de publication, vous écrivez des articles qui entrent en concurrence. Ils répètent ce que vous avez déjà dit.

Vous créez ainsi un contenu redondant et parfois dupliqué. Et Google ne récompense pas ce type de pratique. Si vous voulez obtenir un bon contenu, vous devez limiter ce genre d’article.

Limiter les contenus inutiles

La tendance est d’économiser crawl budget (les ressources que Google donne à un site pour le scanner) et s’assurer qu’il y a uniquement du contenu utile sur son blog.

Publier chaque année un article consacré aux voeux de Noël est un fardeau inutile pour votre blog. Selon l’un des porte-parole de Google, cela vaut la peine de travailler de cette façon :

Si vous avez du contenu pour Noël, Pâques, ou quoi que ce soit d’autre, il serait peut-être logique d’avoir une page qui ne concerne que les activités saisonnières. Où vous partagez du contenu en fonction de la saison que vous essayez de cibler.


John Mueller

Si vous multipliez cela par un nombre infini d’occasions (Pâques, anniversaire, actualités d’événements) vous risquez de créer un flot de contenu que personne ne lira. Et qu’ils ne se positionneront pas.

Il est préférable de publier moins et de conserver un URL unique pour le contenu saisonnier et redondant. Pour boucler la boucle : avant d’augmenter le rythme et la fréquence de publication d’articles sur le blog, essayez de trouver comment répondre aux questions des internautes sans pour autant empiéter sur les autres pages et articles. Pas facile, n’est-ce pas ?

A quelle fréquence devez-vous publier sur votre blog ?

Avez-vous trouvé votre réponse ? Je me contente généralement de 2 articles par semaine. C’est la ligne que je suis pour mes clients (la plupart) mais tout dépend des personnes que vous souhaitez atteindre. Tout dépend de ce que les utilisateurs qui font partie de votre public cible recherchent.
Quelle est selon vous la meilleure solution ?

Social Shares

ressource-gratuite-calendrier-editorial